Aumônerie de l'École Normale Supérieure


Les responsables de l'aumônerie : les princes

Pour l'année 2016-2017, les princes et princesses à votre service sont :


De droite à gauche Mikaël, Brune-Lorraine, Arthur, le Père Urfels et Elisabeth
Photo prise à Solesmes lors du week-end de Carême

Comment sont-ils arrivés jusqu'ici ?

Elisabeth

J'entre en 4ème année à l'ENS après avoir obtenu l'agrégation de lettres classiques, avec l'objectif d'élaborer un projet de thèse et la joie de relever ce défi : faire aussi bien que les anciens princes.

Je suis l'aînée d'une famille nombreuse et j'ai été élevée dans la foi. Mais c'est pendant mes années de prépa à Paris, loin de la maison familiale, que ma foi a mûri en devenant plus personnelle.

En arrivant à l'Ecole, j'ai eu la joie de trouver une aumônerie très accueillante, qui a été le creuset de nombreuses amitiés. J'espère que cette année encore, elle nous permettra de vivre beaucoup de beaux moments et de grandir en sainteté.


Arthur

J'ai grandi en Bretagne, région "marquée par le catholicisme" comme il arrive souvent de le lire. Nos saints et nos églises auraient dû redoubler dès mon plus jeune âge mon assiduité à la messe (pour preuve, venez donc admirer nos magnifiques enclos paroissiaux). Malgré cela, mes débuts dans la religion ont été plutôt tièdes et passifs. C'est l'aumônerie au collège, la profession de foi et la rencontre d'interlocuteurs qui, tout en partageant mes interrogations y répondaient différemment, ont vraiment suscité chez moi une inclination vers la question de Dieu. Malheureusement, passé le sacrement de la confirmation, cette pratique collective et la fécondité du dialogue qui en naissait ont cessé faute d'aumônier.

La suite du cv est un peu plus heureuse et originale. J'ai dédié mes deux premières années d'études supérieures entièrement à la médecine, ma vocation de toujours. Pour autant, le désir d'apprendre à lire le livre de la nature écrit par Dieu m'a rattrapé assez tôt face à un enseignement scientifique rapidement réduit à peau de chagrin. L'opportunité de faire de la recherche s'est présentée au cours de ma deuxième année et j'ai même eu la chance d'intégrer l'École par une porte ouverte aux « carabins ».

J'étais donc l'année dernière conscrit en biologie et inscrit en troisième année de médecine. M'arrêter devant le stand de l'aumônerie tala (à l'époque, j'avais même oublié qu'une aumônerie pût exister, c'est dire !) a été une grâce inespérée. C'est dans ce creuset que j'ai raffermi une foi qui s'était étiolée. Les édifiantes homélies du Père, que je regrette de ne pas prendre en note, associées aux activités mises en œuvre par nos quatre princes ont éclairé mon quotidien. Être prince me permettra d'articuler cette seconde année à Ulm non seulement autour des études mais aussi autour du service, liturgique bien sûr et pastoral, auprès des autres talas.


Brune-Lorraine

Bienvenue chez les Talas : il y en a pour tous les goûts !

Pour ceux qui aiment les clichés, vous serez servis : aînée de famille nombreuse, la foi comme cadeau au berceau, une enfance itinérante (comprenez : un père officier), une formation religieuse très solide dans des écoles dominicaines, de dures années de prépa au Lycée Henri IV, et, pour couronner le tout, me voici élève normalienne au DSA, en master de lettres classiques sur un poète chrétien ! Ayant eu la grâce de recevoir la foi en naissant et de grandir au sein d’une famille qui la prend très au sérieux et s’attache à la vivre toujours davantage, j’ai été continuellement portée à l’approfondir. Mes études très littéraires ont développé chez moi une sensibilité aux mots et m’ont ainsi appris à goûter la beauté de la Parole de Dieu.

Que ceux qui n’aiment pas les clichés se rassurent ! Au sein des Talas réside une atmosphère de sainteté qui réunit dans une amitié très profonde un large éventail de spiritualités où chaque personne trouve sa place et devient très vite irremplaçable ! Merveille devant mes yeux : les Talas ont le charisme de l’accueil, vous pourrez le vérifier par vous-mêmes. J’ai découvert chez eux « les grandes amitiés » avec des personnes très différentes et c’est ce qui fait la grande richesse de notre aumônerie. Celle-ci nous propose aussi toute sorte d’activités qui prennent en compte tous les aspects de notre vie chrétienne : vous découvrirez les jeudis talas avec le recueillement de la Messe, la chaleur des dîners, la concentration des conférences (histoire d’apprendre à mettre notre cervelle au service de Dieu !), le chant des Complies et la joie de faire la vaisselle (vous le constaterez). Les Laudes matinales suivies du petit-déjeuner toujours festif donnent un sens à notre journée. Les retraites, le service des autres, les pèlerinages, tout cela crée des liens d’amitié très solides dans le Christ. C’est ainsi que j’ai aussi reçu cet élan de vivre mon état de normalienne comme une vocation. Si nous sommes là, c’est que Dieu l’a voulu pour le bien de nos frères. Servir est une grâce que Dieu nous accorde. En tant que princesse, j’espère pouvoir rendre une partie de ce que j’ai reçu.


Mikaël

Loin des clichés, je suis né dans une famille athée dans l'est parisien, entouré des barres et des tours dont l'urbanisme des années 60 avait eu la (mauvaise) idée. J'y ai nourri, longtemps, une méfiance du religieux, y voyant un moyen d'endormir les consciences. Plutôt entouré de musulmans, j'ai plus souvent fêté l'Aïd que Pâques, et connaissais mieux les restrictions du ramadan que celles du carême.

Mon premier contact avec le catholicisme eut lieu quand j'entrais au Lycée Militaire de Saint-Cyr. Là, j'y rencontrais des personnes extraordinaires qui me partagèrent leur foi et leurs expériences, dont celle qui allait devenir ma marraine. En pleine conversion intellectuelle, convaincu par les divers arguments en faveur de l'existence de Dieu, le contact avec la philosophie fut, cela est certain, plus que fécond. Je pus recevoir au sein de l'aumônerie du lycée la Révélation, le baptême, la communion et la confirmation. Dès lors, une recherche perpétuelle de la vérité me guida, et une soif d'apprendre. Après trois ans sans compagnons de foi, l'arrivée à l'Ecole en tant qu'étudiant me permit de renouer avec une pratique active. J'y (re)découvrais la beauté des Laudes et la confidentialité chaleureuse des complies (venez-y !), ainsi que le bonheur d'être entouré de croyants prêts à discuter de tout. Les homélies du Père, dans sa grande érudition (vous découvrirez suffisamment vite je l'espère combien il est génial!) et les nombreuses discussions théologiques au sein des talas (jusque dans les moments les plus surprenants) me permirent d'avoir une foi plus "adulte", et de me nourrir "d'éléments solides" à même de me rendre capables de témoigner (He, 5, 9-11).

"Je ne croirais pas, si je ne percevais pas qu'il était raisonnable de croire" disait saint Thomas d'Aquin (S.T, IIa-IIae, Q. 1, Art. 4). Intimement persuadé que foi et raison travaillent ensemble à la recherche de la vérité, j'essaye, autant que possible, de mettre en pratique les enseignements du Christ. Après une géniale année de conscritude (notamment grâce aux anciens princes et princesses !), on m'a demandé d'être à mon tour "prince". Heureux de pouvoir essayer de rendre tout ce que j'avais reçu au sein de cette aumônerie (et de celle de Saint-Cyr), j'espère être à la mesure de la tâche et vous servir tout au long de l'année comme il se le doit, "ad majorem gloriam Dei".

Bienvenue à toi donc, qui que tu sois, croyant ou non ; j'aurais plaisir à discuter avec toi, à échanger, partager, et à vivre dans l'amour du Christ à tes côtés !




Bref historique

Les deux "princes" et les deux "princesses" fixent avec l’aumônier les grandes lignes de l’année et coordonnent les activités. Leur titre un peu pompeux, légué par une tradition immémoriale, ne doit pas impressionner. Ils sont là pour servir, à l’instar des princes aperçus par l’auteur de l’Ecclésiaste dans l’Ancien Testament : "j’ai vu des princes marcher comme des serviteurs" (Qo 10,7).

Jadis, le Prince Tala était unique (parfois assisté par un vice- prince). Une tétrarchie a ensuite été instaurée, maintenue jusqu'à aujourd'hui avec des variations selon les années.

Qui étaient ces anciens princes? Pour le savoir, cliquez ici.


Site de l'aumônerie de l'ENS.
Dieu vous bénisse !